Having Non-State Torture Recognized by the UN and Member States as an Infringement of Women’s Human Rights Is Imperative

Jeanne Sarson, Linda MacDonald

Abstract


WARNING: The content and images featured in this article are explicit and may be disturbing to some readers.

Cet article décrit l’impact «classique» de la victimisation suite à la torture infligée à l’extérieur des Nations. Les auteures mettent en relation leurs connaissances et leur contact avec des femmes qui dénoncent par le biais de leur art ce qu’elles ont vécu et les effets sur leur vie : des dessins, un tableau, une photo. Les femmes sont affectées hors de proportion par ces crimes qui ne sont même pas reconnus par la société et la justice. Cette torture doit être reconnue comme une forme spécifique de violence interpersonnelle dans les codes criminels de l’État alors que les Nations Unis sont outillées pour protèger les droits des femmes qui ne peuvent être jugées,
ne peuvent recevoir de l’aide pour une réhabilitation que les auteures jugent réalisable.


Full Text:

 Subscribers Only