Violence sexuelles en milieu universitaire: Synthèse des résultats de l’enquête ESSIMU au Québec

Authors

  • Manon Bergeron
  • Martine Hébert
  • Sandrine Ricci
  • Marie-France Goyer
  • Nathalie Duhamel
  • Lyne Kurtzman
  • Catherine Rousseau
  • Isabelle Auclair
  • Laurence Clennett-Sirois
  • Isabelle Daigneault
  • Dominique Damant
  • Stéphanie Demers
  • Jacinthe Dion
  • Francine Lavoie
  • Geneviève Paquette
  • Sylvie Parent

Abstract

This study, “Enquête Sexualité, Sécurité et Interactions en Milieu Universitaire,” conducted in 2016 with 9,284 respondents from six francophone Quebec universities, provided a portrait of sexual violence taking place in a university context. This article presents a summary of the results extracted from the research report (Bergeron et al., 2016).

Author Biographies

Manon Bergeron

Manon Bergeron, chercheure principale: Ses intérêts de recherche concernent surtout les violences sexuelles envers les femmes et les adolescent.es, tout particulièrement le  éveloppement et l’évaluation des programmes de prévention et les formations destinées aux intervenant.es de différents secteurs. Elle dirige actuellement un projet important ayant un rayonnement provincial: le Chantier-Réqef portant sur les violences sexuelles en milieu universitaire d’où origine l’enquête essimu menée dans six universités québécoises.

Martine Hébert

Martine Hébert, PhD, est titulaire de la Chaire du Canada sur les traumas interpersonnels et la résilience et co-titulaire de la Chaire interuniversitaire Marie-Vincent sur les agressions sexuelles envers les enfants. Elle est professeure titulaire au département de sexologie de l’uqam. Ses projets de echerche examinent les facteurs personnels et familiaux liés à l’adaptation chez les jeunes victimes de violence sexuelle. Les recherches en cours tentent aussi d’identifier les facteurs liés aux trajectoires de résilience chez les jeunes victimes de violence interpersonnelle et les effets de différents programmes de prévention et d’intervention. 

Sandrine Ricci

Sandrine Ricci est sociologue et chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal. Co-chercheure dans l’équipe essimu qui travaille sur les violences sexuelles en milieu universitaire, son projet doctoral porte sur la culture du viol. Elle a par ailleurs publié le livre Avant de tuer les femmes, vous devez les violer ! Rapports de sexe et génocide des Tutsi en 2014, et, en 2012, une étude intitulée La traite des femmes à des fins d’exploitation sexuelle: entre déni et invisibilité.

Marie-France Goyer

Marie-France Goyer est étudiante au doctorat en sexologie et chargée de cours au département de sexologie de l’Université du Québec à Montréal. Son projet doctoral porte sur les trajectoires relationnelles des personnes en relation polyamoureuse.

Nathalie Duhamel

Nathalie Duhamel est détentrice d’un baccalauréat en sciences juridiques et d’une maîtrise de l’École nationale d’administration publique. Depuis plus de vingt ans, elle a travaillé dans le mouvement des femmes notamment pour les femmes en justice pénale pendant douze ans, les femmes itinérantes pendant six ans et les femmes victimes d’agressions sexuelles pendant trois ans.

Lyne Kurtzman

Lyne Kurtzman, M.A. psychosociologue, Communications, Université du Québec à Montréal (uqam ). Agente de développement, Service aux collectivités, uqam , responsable du secteur Femmes et rapports de sexes. Auteure de: La traite des femmes à des fins d’exploitation sexuelle: entre le déni et l’invisibilité (2012), Cahiers de l’iref, coll. Agora, no 4; et Retour sur un attentat antiféministe. École Polytechnique 6 décembre 1989 (2010), Éditions du remue-ménage, Montréal.

Catherine Rousseau

Catherine Rousseau est étudiante à la maitrise en sexologie à l’Université du  Québec à Montréal et coordonnatrice de ESSIMU. Son projet de mémoire porte sur la problématique des violences sexuelles en milieu universitaire. Elle s’intéresse particulièrement à la reconnaissance, ou non, des gestes de violence sexuelle et à leur qualification dans le discours des survivantes. Elle est également membre étudiante de l’Institut de recherche et d’études féministes (IREF) de l’uqam et du Réseau québécois en études féministes.

Isabelle Auclair

Isabelle Auclair est professeure au Département de management de l’Université Laval et chercheuse associée à la Chaire de leadership en enseignement— Femmes et organisations et à la Chaire Claire-Bonenfant—Femmes, Savoirs et Sociétés, de l’Université Laval. Ses recherches portent notamment sur le continuum des violences de genre, les mouvements migratoires, l’analyse genrée et intersectionnelle dans les domaines liés au développement international et à l’action humanitaire de même qu’à la diversité et à l’équité dans les organisations.

Laurence Clennett-Sirois

Laurence Clennett-Sirois est détentrice d’un doctorat en Gender Studies de l’University of Sussex (Royaume-Uni) et enseigne des cours de méthodologie de la recherche et d’introduction aux études féministes à l’Université d’Ottawa et à l’Université du Québec en Outaouais. Ses travaux portent sur les discours et identités de genre, les médias sociaux et les violences faites aux femmes, particulièrement les violences sexuelles et violences faites aux jeumes femmes.

Isabelle Daigneault

Isabelle Daigneault est psychologue clinicienne à la clinique universitaire de psychologie de l’Université de Montréal où elle supervise des stages cliniques d’intervention auprès des enfants et d’adolescents et un stage d’initiation à la relation thérapeutique. Depuis les 20 dernières années, ses travaux
de recherche ont porté sur l’agression sexuelle d’enfants et d’adolescents. Ses projets portent également sur l’efficacité des traitements offerts aux victimes et des programmes de prévention de l’agression sexuelle.

Dominique Damant

Après avoir fait de l’intervention auprès de femmes victimes de diverses formes de violence pendant une dizaine d’années, Dominique Damant a enseigné l’intervention et fait de la recherche dans le domaine des violences faites aux femmes de 1996 à 2017. Elle a codirigé puis dirigé le Centre de recherche sur la violence familiale et la violence faite
aux femmes (CRIVIFF) pendant une dizaine d’années.

Stéphanie Demers

Stéphanie Demers est professeure en fondements de l’éducation au Département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec en Outaouais. Ses intérêts et travaux de recherche sont ancrées dans les théories sociales culturalistes et la pédagogie critique et portent sur l’agentivité (le pouvoir d’action) des personnes dans les cultures et pratiques éducatives, particulièrement en ce qui
concerne le développement la prise en compte des injustices face aux savoirs et au contexte de leur production, à
l’égard des femmes et en situation de minorisation, notamment.

Jacinthe Dion

Jacinthe Dion, PhD, est psychologue et professeure-chercheure au Département des sciences de la santé à l’Université du Québec à Chicoutimi. Elle est co-titulaire de la chaire de recherche sur les conditions de vie, la santé, l’adaptation et les aspirations des jeunes (visaj.ca), membre-chercheure au Centre de recherche interdisciplinaire sur les
problèmes conjugaux et les agressions sexuelles (cripcas) et dans l’Équipe sur la violence et la santé sexuelle (évissa). Elle est cochercheure dans l’équipe essimu.

Francine Lavoie

Francine Lavoie, PhD, professeure retraitée de l’École de psychologie de l’Université Laval et membre du cripcas. Pionnière de la psychologie communautaire au Québec, elle est la conceptrice du programme de prévention Viraj (sur la violence au sein des relations amoureuses des jeunes) offert depuis 1994.

Geneviève Paquette

Psychoéducatrice, Geneviève Paquette, PhD, est professeure agrégée au département de psychoéducation de l’Université
de Sherbrooke. Elle est chercheuse régulière au sein du Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l’enfance. Ses travaux de recherche portent sur les caractéristiques des agressions sexuelles subies par les enfants et les femmes, sur l’efficacité des services qui
leurs sont offerts et sur l’influence de la violence subie dans l’enfance sur la santé mentale et l’adaptation à l’âge adulte.

Sylvie Parent

Sylvie Parent, PhD, est professeure agrégée au Département d’éducation physique de l’Université Laval et est également chercheure régulière au sein du Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles (cripcas). Elle a également pris part à l’enquête essimu et s’intéresse particulièrement à ce qu’ont vécu les étudiants-athlètes sur le plan de la violence sexuelle en milieu universitaire.

Downloads

How to Cite

Bergeron, M., Hébert, M., Ricci, S., Goyer, M.-F., Duhamel, N., Kurtzman, L., Rousseau, C., Auclair, I., Clennett-Sirois, L., Daigneault, I., Damant, D., Demers, S., Dion, J., Lavoie, F., Paquette, G., & Parent, S. (2018). Violence sexuelles en milieu universitaire: Synthèse des résultats de l’enquête ESSIMU au Québec. Canadian Woman Studies, 32(1-2). Retrieved from https://cws.journals.yorku.ca/index.php/cws/article/view/37698